La Chine en images

De Oulan Bator, Mongolie le 13 mai 2016

Avant de vous dévoiler une partie de nos photos chinoises, je souhaite vous remercier vivement pour tous vos messages à l’occasion de mon anniversaire.

J’ai été très touchée par autant de marques de sympathie. Grâce à vous tous, j’entame dans la sérénité ma quarante et unième année !

Bon diaporama

Publicités

Image

Chinoiseries et étrangetés : Yin ou Yang ?

Depuis Ulaan Bataar, Mongolie, 23/04/2016

En Chine, entre deux coups de pédale, on se laisse surprendre, on rigole de nos découvertes, on s’amuse avec les habitants et parfois aussi on touche du doigt des aspects moins glamour de ce vaste pays. Mais globalement nous sommes franchement contents d’être passés par ici. Merci Joseph de nous y avoir emmenés !

Tenez-vous prêts, voici quelques-unes des bizarreries, nouveautés et autres étrangetés que nous avons rencontrées …

– Fini la pluie. Avec Albane, nous en rêvions: faire comme sur les scooters chinois et fixer un parasol/parapluie sur notre bus!

P4062599

– Qui veut un verre d’eau? ….chaude!?! Ici c’est comme ça, c’est eau chaude à tous les repas! Au final c’est plutôt agréable, surtout quand il fait frais et humide.

– Hummm, une bonne salade de fruits, dans la « night street food » de Nanning! Et pour le topping ce sera sauce gluante, style blanc d’œuf cru. Argh! Là je ne vais pas y arriver, désolée pour le défi! Les chrysalides de vers à soie, à côté, c’est de la gnognotte !

IMG_0088

– Tiens, cette sauce nous fait aussi penser aux raclages de gorges et crachats en pleine rue ou dans les hôtels de campagne au petit matin ! On ne finit pas vraiment par s’y faire, car c’est franchement « de profundis » et carrément écœurant. Il parait que le top de la politesse c’est de l’écraser de la pointe du pied par égard pour ses voisins. La classe !

– Dans les villes, on trouve de gigantesques supermarchés, c’est la fête! On y trouve nos produits favoris pour relancer les troupes au petit matin, mais aussi tout un tas de nouveaux produits, bien empaquetés sous vide. Le plastique c’est fantastique. Les Chinois l’adorent… Mention spéciale pour le sac plastique … rouge, of course!

– Le plastique (encore lui) c’est l’hygiène!!! Alors pour manger des frites avec les doigts, y a pas mieux! Un petit plastique par ci, un autre par là et on brûle tout ça dans l’incinérateur à poubelles du village!

– Photos et vidéos! Les chinois adorent prendre des photos avec leur smartphone, alors avec nous, ils s’en donnent à cœur joie! Et comme l’Etat chinois veut aussi un souvenir des Cham à vélo, sur les routes et partout ailleurs : »Souriez ! Vous êtes tous, tout le temps filmés ! »

P3272061

– La pollution à Pékin???? Ah non, non, vous faites erreur, ici l’air est pur, regardez nous suivons ça de prêt et ça ne dépasse jamais les normes autorisées … en Chine… Gloups !

« Et si on allait sur la place Tian An Men? Ouiiiiiiiiiii ! Mais on entre par où ? Y a des barrières partout ?!?  » Un moment de contemplation sur un banc ? N’y pensez pas, il n’y a pas de banc ici, et pour les rassemblements, « Nuit debout » et compagnie, on oublie! Allez circulez ! Y a la photo de Mao à voir de l’autre côté ! (Vous aussi vous pourrez la voir , si vous n’oubliez pas de visionner notre prochain  » la Chine en images  » …)

Allez, va pour une petite visite au musée national. Pour accéder au trottoir qui y mène, vérification des papiers d’identité et passage sous le portique. Pour entrer, rebelote : Mais c’est comme à l’aéroport ici ?!? Vérification des sacs au rayon X, passage sous un deuxième portique et pour finir petite fouille au corps!

IMG_0539

Mais de quoi ont-ils peur les Chinois ??? : Les citoyens, de pas grand chose probablement, le gouvernement par contre n’aime pas trop les revendications pour une plus grande liberté, ça c’est sûr, et veut empêcher toute rébellion de telle ou telle des 51 minorités qui « cohabitent » avec les Han (ethnie ultra majoritaire avec 1 milliard de personnes).  Alors la surveillance serrée permet de dissuader tous les débordements. L’armée est très présente dans les lieux publics et même pour prendre le métro, on est fouillé. Et là, nous, nous avons beaucoup de mal à nous y faire.

Dans le même genre, nous vous passons les détails sur les galères et ruses nécessaires pour réussir à se connecter dignement à Internet… (Merci Thomas pour ton aide).

Et enfin, cerise sur le gâteau : les wc publics collectifs et odorants ! Pour paraphraser Mao et sa citation sur la Grande Muraille (Cf. article précédent) : « Qui n’est pas entré dans des toilettes de station-service du Guangxi ne sait pas vraiment ce qu’est la torture olfactive !

La Chine : ça bouscule, ça amuse, ça intrigue. Malgré les tracasseries administratives et les contraintes d’un État très policier, nous avons vraiment bien aimé ce pays, ses paysages, ses cultures, ses habitants et nous avons bien envie d’y retourner un jour !

Mais pour notre périple actuel, la Chine c’est fini et maintenant c’est parti pour la Mongolie. Nous allons abandonner quelques jours nos montures pour aller en fatiguer d’autres à travers les paysages de la vallée de l’Orkhon …

Les Cham à vélo

 

1 milliard 300 millions de Chinois et nous et nous…

Beijing, Chine, 20/04/2016

Et oui Jacques, il va falloir actualiser les chiffres de ta chanson !

Nous n’aurions sûrement pas mis les pieds en Chine si Joseph, avant notre départ, ne l’avait pas notée dans sa liste de souhaits. C’est que l’Empire du Milieu partait avec de sérieux handicaps pour nous : Non-respect des droits de l’Homme, censure, propagande, contre-façon et espionnage industriel, mégalopoles, scandales alimentaires, pollution, …bref, pas de quoi nous faire rêver a priori.

P3221879Et pourtant, nous serons fascinés.

D’abord par les Chinois. Loin de tous nos clichés, ils sont venus à notre rencontre; très souvent pour des photos, c’est vrai; mais aussi pour nous donner, ici un billet, là du riz, parfois des bonbons et même des cigarettes (ah non merci) et surtout pour échanger quelques mots…en chinois ?!?? … et in fine nous offrir de sacrés éclats de rire ! Au-delà de nos difficultés de communication, ils ont pris le temps de nous comprendre pour nous aider : à trouver un lieu pour dormir, à acheter une nouvelle batterie pour notre appareil photo, à acheter nos billets de train, à expédier nos vélos, à nous diriger dans la gare pour les récupérer, … Dans certains cas, les traducteurs sur smartphone, nous ont bien rendu service!

C’était très rassurant de ne jamais se sentir abandonné à notre propre sort dans ce pays où l’on ne comprend rien et où la présence policière, les barrières et les caméras de surveillance, finissent insidieusement par procurer un sentiment de malaise et de stress. Parce que si globalement nous avons beaucoup ri et reçu, dans certains cas aussi, nous sommes tombés face à des murs. Le port d’un uniforme à une certaine tendance à transformer la curiosité et la jovialité des Chinois en attitude froide, sèche et impérative. La peur de ne pas nous comprendre, de ne pas savoir nous répondre, de montrer son ignorance de l’anglais, bref de risquer de perdre la face entrainait des comportements très expéditifs et très déstabilisants à vivre !

Notre périple à travers la Chine se découpera en 2 parties:

1/ Sud de la Chine, région autonome du Guangxi, de la frontière vietnamienne à Guilin, en passant par Nanning, et Yangshuo.  18 jours et 900 km de vélo dans la grisaille et l’humidité, un parcours dans la continuité du Vietnam. La pluie et les dénivelés rendront le trajet un peu plus dur.

Ce sera l’occasion de tester l’hospitalité chinoise, qui ne fera pas défaut. Ainsi alors que nous « dégustons » des  nouilles lyophilisées, type bolino chinois, dans une sorte de petite échoppe multiservices de bord de route, la pluie se met à tomber. Assez vite les tenanciers, nous proposent de rentrer à l’abri, dans le hangar qui leur sert de magasin, de salle à manger et de salle télé ! Nous découvrons la fameuse chaine CCTV gouvernementale: démonstrations de l’armée, exploits de sportifs chinois de haut niveau: la Chine et le peuple chinois sont les meilleurs. J’aime mon drapeau, vive le parti, vive la Chine ! Propagande quand tu nous tiens…

Nous faisant remarquer que la pluie n’est pas prête de s’arrêter, notre hôte du jour, nous propose très simplement de dormir dans la chambre de ses filles (absentes actuellement). Le top! 2 lits bien fermes (des planches de bois) coincés entre des cartons de nouilles chinoises et des packs de bières, avec des couvertures bien chaudes. Pour tous les jours la chambre nous aurait paru bien rude, mais pour une nuit quel bonheur. Surtout avec le diner et le petit déjeuner partagés ensemble et bien arrosés aussi !

Au matin, la pluie a enfin cessé et nous partons découvrir de beaux paysages verdoyants avec des rizières en eau. Des buffles tirent des charrettes, des paysans préparent leurs parcelles avec une sorte de gros motoculteur, des femmes vont au marché en habit traditionnel…

La campagne est paisible, coupée parfois par une immense ville toute en hauteur, sorte de verrue dans le paysage, où la consommation s’affiche sur grand écran au milieu des avenues et les fast-food internationaux sont évidemment présents. Ici les buffles ont définitivement disparus et laissent place aux voitures et aux innombrables motos et scooters électriques.

2/ Beijing (Pékin), nous y arriverons plus vite que prévu par le TGV chinois (300 km/h quand même, 12 heures de train depuis Guilin). Initialement, nous voulions prolonger nos visas (n’ayant pu obtenir que 30 malheureux petits jours à l’ambassade au Laos). Mais nous sommes arrivés à Guilin au début de 4 jours fériés (Vous savez, pour aller mettre des pétards sur les tombes!!!) et il nous fallait ensuite attendre 7 jours ouvrés pour obtenir une probable extension de nos visas. Trop long pour nous. Tant pis pour l’extension, nous filons en direction de Beijing! Nos vélos doivent être expédiés à part, un jour avant nous. Comme c’est un peu compliqué à mettre en œuvre, dans la file d’attente, Antoine sollicite l’aide d’un couple sino-anglais, qui va finalement nous prendre en charge jusqu’à la bonne expédition complète de nos vélos. Je ne sais pas comment nous aurions fait pour remplir les bordereaux en chinois sans cette aide providentielle.

Arrivés à Beijing, nous avons l’immense chance d’être royalement accueillis  par Florence et Ray, « comme à la maison », au 15ème étage d’une grande tour du quartier de Sanlitun, la mégapole chinoise est à nos pieds et se donne en spectacle jour et nuit.

P4102896

Nous partons à la découverte de la ville à pied, en taxi, en métro et à vélo. Nous commencerons par les incontournables : la cité interdite, la place Tian An Men, le temple du Lama et le temple du Ciel.

Mais ce que nous aurons préféré par-dessus tout, c’est enfourcher nos montures pour déambuler dans les hutongs (rues étroites des quartiers historiques), rouler sereinement entre les grattes-ciel sur des avenues disposant de vastes pistes cyclables, découvrir le quartier d’artistes « 798 » dans une ancienne zone industrielle, l’immense parc olympique et son architecture exceptionnelle, manger un canard laqué pour fêter nos 500 heures de vélo et découvrir la vie locale. Ici c’est le printemps et les nombreux parcs que compte la ville sont admirablement fleuris.

Nous aurons aussi la joie de partager notre expérience de voyage avec les collégiens de la classe de 6ème C au lycée français de Pékin (où notre hôte Florence travaille comme professeur d’anglais). Inès a ainsi pu s’exercer à la présentation de notre voyage et répondre avec Joseph aux nombreuses questions des élèves. C’était aussi l’occasion de poser pleins de questions pour découvrir le parcours de ces enfants très habitués à l’expatriation, maitrisant déjà plusieurs langues et connaissant plusieurs pays.

P4122920

Nous avons adoré vivre ces quelques jours dans la capitale et cela grâce à l’accueil absolument exceptionnel que nous ont offert Florence et Ray pendant plus de 8 jours. La douceur de leur foyer, leur bibliothèque (dévorée par les enfants), le confort occidental retrouvé, les crêpes au Nutella au petit déjeuner, leurs chats adorables, mainate, perruches et autre perroquet bavardeur ont fait le bonheur des enfants comme des parents.

P4183757Pour autant ce sont surtout les conseils avisés, les repas partagés, la rencontre avec d’autres cyclotouristes, les discussions intéressantes sur la Chine et les Chinois et l’aide précieuse que nous aurons prodigués Florence et Ray depuis nos premiers pas dans la capitale jusqu’à notre départ sur le parvis de la gare centrale qui ont fait de ce séjour un moment inoubliable pour toute notre famille.

IMG_0649Qu’ils soient ici encore une fois très chaleureusement remerciés.

Et la Grande Muraille ? Bien sûr nous ne pouvions pas quitter la Chine, sans découvrir la Grande Muraille, la plus grande construction humaine de tous les temps.

IMG_0595Mao aurait dit que « Celui qui n’a jamais marché sur la Grande Muraille n’est pas un homme véritable ». Ca y est nous le sommes devenus ! Nous ne saurons jamais quelle est vraiment la longueur totale de toutes ses grandes murailles. Les chiffres varient de plus de 20 000 km selon les dernières études chinoises à pas loin de 8 ou 9000 pour les spécialistes internationaux… mais peu importe. Cette muraille est époustouflante, elle nous a subjuguée ! Partis à sa rencontre depuis Beijing pour 4 jours à vélo, nous aurons vu la zone très touristique et restaurée de Mutianyu et la zone plus sauvage et « dans son jus » de Huang Hua Cheng. La 1ère partie mettra en valeur la seconde, que nous avons préférée.

IMG_5597Une muraille pour nous seuls, sous le soleil et dans le vent! Une muraille qui serpente le long des crêtes et s’évanouit à l’horizon! Une muraille massive dont on n’ose pas imaginer les moyens qu’il a fallu pour transporter et assembler les pierres là où aujourd’hui nous peinons pour en gravir ses escaliers. Une muraille issue de la folie de dirigeants paranos qui y ont sacrifié des fortunes colossales et des vies innombrables pour se protéger (sans succès…) de l’étranger. Le prix de la peur et du repli sur soi… Un visiteur chinois se demandait ce que cela aurait donné si toute cette énergie, cet argent et ses millions de vies avaient été utilisé à établir des relations commerciales et à chercher des amitiés voisines ? Question sans réponse évidente mais intéressante pour la réflexion !

IMG_0589La Chine vous tente ?  Vous intrigue ? Vous voulez en savoir encore plus?  Alors ne ratez pas le prochain article pour découvrir des aspects plus déroutants…

Les Cham à vélo.

 

 

Dodo à l’école (par notre grand reporter Albane)

 

Vidéo

Vos 2 vidéos bonus en cadeau !

Bravo pour toutes vos réponses.

Pierre a presque donné la bonne réponse. Bravo !  Nous avons bien fêté nos 500 heures de vélo depuis le début du voyage (et non pas depuis le 1er janvier! Nous tournons au riz et à la soupe de nouilles pas à la cocaïne ou à l’EPO…).

Près de 21 jours le postérieur sur la selle (ou le siège) et bientôt 8000 km de découvertes en tous genres comme vous pourrez le constater dans ces 2 vidéos qui devraient contenter tous les goûts…

La première, plus classique, est adaptée à tout public.

La deuxième, prend un peu plus aux tripes, elle est donc à réserver à un public averti !

Les deux comportent des moments de suspens insoutenable…

Bon visionnage !

Bonus N°1 :

Bonus N°2 :

 

Vidéo

Nous avons fêté 500 !

Beijing, le 13/04/2016

500 ! Mais 500 quoi ?

A vous de le deviner !

Vos réponses par commentaires sont les bienvenues.

En cadeau et en plus de la vidéo « sur les routes du Guangxi« , nous vous offrirons 2 vidéos bonus de nos découvertes en Chine.

Oui, nous le savons. Notre générosité envers vous est sans limite!

 

Sur les routes du Guangxi … en vidéo

Beijing, le 13 avril 2016

Ça fait longtemps que vous n’avez pas été avec nous sur les routes en vidéo.

Alors c’est parti pour 5 minutes de balade sur les routes du Guangxi, région autonome du sud de la Chine que nous avons parcourue de la ville frontière de Dong Xing jusqu’à Guilin en passant par Nanning (capitale régionale) et Yangshuo.

A Guilin, nous avons pris le train pour Beijing (Pékin), mais ça c’est une autre histoire…

Bonne vidéo !

 

 

Vidéo

C’est parti pour la Chine …

Dongxing – Chine, 22 mars 2016

Après 15 jours au Vietnam (dont nous ne manquerons pas de vous parler très prochainement) nous voilà arrivés en Chine ce matin !

Chine nous voilà !

Pour passer la frontière, nous avons eu  le bonheur d’être aidé par Duck B. (notre dernier hôte vietnamien, dont nous vous parlerons très bientôt).

avec Duc, sa femme Moon et leur fille Anna

Et ce n’était pas du luxe parce que c’est une grosse usine cette frontière! Nos vélos n’étaient pas franchement adaptés ni aux barrières des files d’attente, ni aux scanners à rayons X… bref nous ne rentrions pas dans les cases et notre guide fut une bénédiction!

Le poste frontière côté vietnamiem

Tout juste arrivés dans ce nouveau pays, nous nous dirigeons vers la première tireuse à pépettes pour subvenir à nos humbles, mais réels, besoins pécuniaires. Malgré les beaux logos apposés sur les machines, après 15 minutes d’efforts successifs Visa ou Mastercard et une tentative de communication couronnée de sourires inefficaces, Antoine ressort bredouille de la banque… Ça va être chaud la Chine !

Ah bah non en fait! Pendant ce temps-là, l’habituel attroupement autour de nos vélos et les multiples séances de selfies avaient rapportés 200 yuans aux enfants (27 euros quand même! Et sans le soutien d’Albane qui commence à en avoir sa claque des selfies…) ! Et ne cherchez pas à rendre ou ne pas accepter…

en Chine , depuis 15 minutes …

Joseph a la solution : « Bon bah, il suffit de se promener dans la ville et s’arrêter de temps en temps! »

Heureusement, la Bank of China nous libérera de cette obligation en nous accordant un bon fonctionnement du distributeur.

Nous passons le reste de la journée à essayer de comprendre comment nous allons réussir à communiquer avec nos nouveaux amis Chinois. L’anglais n’est pas une option envisageable. « Ni hao »  et « Xièxiè » sont utiles mais pas suffisants. La langue des signes offre de belles parties de rigolade ou de frustration, c’est selon. Reste à utiliser Google traduction… ah non, si , oui, peut-être … nous découvrons avec joie la « régulation de l’information » sur Internet ! Plus de Google pour nos recherches, des débits très variables selon les sites, des sites injoignables… Bref, il nous a fallu un peu de temps pour trouver les « bons remèdes » et retrouver des moyens de communication à peu près décents.

Demain nous filons vers Nanning, notre prochaine destination !

Zaijian !

PS: Nous vous préparons un petit reportage photo sur le Laos et le Vietnam. C’est promis ça vient vite !