Le Laos en images

Ça y est enfin les voilà, les photos du Laos !

Et surveillez bien vos courriels car celles du Vietnam sont dans les tuyaux…

Publicités

Image

Une journée avec papounet à Vientiane (par Albane)

Avant la publication, la préparation…(à Halong City, quand le temps était tout gris et humide)

« Le matin, nous sommes allés au palais de la rêne des neiges.

IMG_9079

Nous rentrons dans le palais! Waou qu’est ce qu’il fait froid ! Heureusement on nous a prêté des manteaux

A l’intérieur tout est en glace. Nous avons fait du toboggan et du vélo sur glace!

IMG_9081

 

Devant la tour Eiffel !

IMG_9084

Le vélo sur glace !

IMG_9090

En haut du toboggan !

Après nous sommes allés à la piscine et au restaurant. Et j’ai mangé des saucisses!

Et puis nous sommes allés au parc faire de la balançoire.

Pour le goûter, j’ai mangé une crêpe!

C’était le plus beau jour de ma vie! »

Albane

Les grottes de Viengxay au Laos (par Inès)

Halong city – Vietnam, samedi 19 mars

Ces grottes ont été aménagées pour les dirigeants du Pathet Lao (le parti communiste), pour qu’ils puissent s’y réfugier pendant les bombardements des avions américains sur le Laos de 1964 à 1973.

POURQUOI DES BOMBARDEMENTS ?:

Pendant la guerre du Vietnam les américains ont bombardé le Laos pour essayer d’empêcher la constitution d’un parti communiste et barrer la route aux Viet Minh qui passaient par la route « Ho Chi Minh » du Laos pour apporter des armes vers le sud du Vietnam.

P3191486.JPG

DANS LES GROTTES:

Il y avait plusieurs sortes de grottes. Certaines protégeaient les dirigeants politiques et leurs familles (ces grottes abritaient les membres de la famille et les gardes du corps) et d’autres grottes contenaient l’hôpital, l’école et l’artillerie.

Une grotte se compose de :

  • Une cuisine (placée à l’extérieur à cause du feu mais il y a quand même un tunnel qui la relie à la grotte en cas de bombardement).
  • Une salle à manger (avec une table et six chaises seulement )

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • Des chambres

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • Des W.C
  • D’une « salle de bain »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • Une salle de réunion spécialement pour les dirigeants du Pathet Lao

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • Et d’un abri anti-bombes chimiques (il y avait 2 portes blindées pour y rentrer et dans la pièce hermétique, il y avait un filtreur qui prenait l’air de l’extérieur pour le rendre pure et le redistribuer dans la pièce).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voilà notre visite se termine

Bonus:

  1. le monsieur nous a expliqué que les gens qui ont survécu ont planté des fleurs rouges pour symboliser toutes les personnes qui sont mortes pendant la guerre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA          2. regardez ce que l’on a trouvé dans une grotte

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

3. voilà ce que les dirigeants lisaient dans les grottes pendant les bombardements

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Du Laos au Vietnam (avec bonus)

Quan Son, Vietnam, le 09/03/2016

Hier, à quelques heures de la fin de validité de nos 30 jours de visa laotien, nous avons passé la frontière avec le Vietnam aux postes de Nam Xoï – Na Méo (allez hop on ouvre son atlas…ou son ordi pour voir où ça se situe).

Premiers mètres au Vietnam

Premiers mètres au Vietnam

Depuis quelques jours nous traversons des paysages de montagnes karstiques magnifiques avec rizières, rivières, forêts de bambous, petits villages et accueil enthousiaste.

Sur la route

Sur la route


Notre quotidien !

Notre quotidien !

Seul bémol, qui dit paysage de montagne, dit que ça fait bien mal aux jambes et que les incessantes montées et descentes surchauffent les organismes dans une température ambiante qui dépasse souvent les 40°C sous le soleil et sur le bitume (quand il y en a)…

Bref c’est beau mais c’est pas cadeau!

Avant d’en arriver là et depuis notre agréable « pause administrative » à Vientiane, voilà un résumé de nos aventures:

Ça commence par 70 km inintéressants pour sortir vraiment de la zone d’influence de la capitale (c’est jamais flamboyant les banlieues de grande ville) puis une très jolie route fatigante qui nous amène en 3 jours à Vang Vieng, ses falaises karstiques, sa rivière qui coule au pied et ses multiples grottes à visiter. Dès notre arrivée nous sautons dans des canoës pour une belle balade rafraichissante.

Ça change du vélo !

Ça change du vélo !

Le lendemain nous découvrons la beauté des sites naturels du coin. C’est franchement splendide!

Campagne de Vang Vieng

Campagne de Vang Vieng


Albane n'a pas froid aux yeux !

Albane n’a pas froid aux yeux !


Grotte de Phu Kam

Grotte de Phu Kam: Inès : »Eh papa, on l’a pas déjà vue cette stalactite? » – Albane : »On est perdu??? » – Antoine : »Mais non, regardez on voit d’autres frontales là-bas! »


On ne s'en lasse pas

On ne s’en lasse pas

Nous avions ensuite prévu de nous catapulter à Xam Nuea dans le Nord Est du Laos. Pour effectuer les 450 km, il faut compter 24h de bus sur des routes de montagnes. A la gare routière, à la vue de notre équipement, le préposé évoque l’idée « VIP » de louer un minivan: « Vous vous arrêtez (comprendre pour dégobiller) quand vous le voudrez avec un véhicule privé » « et puis ça ne prendra que 17 h au lieu de 24 » . Nous cédons aux sirènes et avons l’impression de nous lâcher en déboursant 400 dollars pour cela au lieu d’environ 160 dollars pour le bus classique.

Notre minivan "de luxe" et son super conducteur

Notre minivan « de luxe » et son super conducteur

Le lendemain soir, après le petit cachet qui va bien, les « justes » 12 heures d’une conduite experte, les 450 km de montagnes russes laotiennes vraiment rudes et un sac plastique rempli, nous arrivons à Xam Nuea. Nous n’osons même pas imaginer ce que cela aurait été en 24h de bus… En fait, la solution « VIP » était le strict minimum envisageable pour nous.

Une nuit de repos et nous voilà repartis sur nos montures pour quelques jours de routes montagnardes. Nous aurons l’occasion de visiter Viang Xai et ses grottes qui ont abrité le « gouvernement » du Pathet Lao pendant la guerre du Vietnam (et du Laos en fait).

Nous passons notre dernière nuit laotienne sous la tente dans une rizière asséchée au bord d’une rivière.

Dernière nuit au Laos

Dernière nuit au Laos

Instants magiques, où la beauté des lieux et les joies de se laver dans l’eau vive, font passer le riz blanc mangé à même le sac plastique et l’œuf de canard dur pour un dîner sympathique (ah j’oubliais en dessert, c’était riz au lait… concentré, une de nos recettes asiatiques).

Le Laos c’est fini (pour cette fois) et nous en garderons tous de merveilleux souvenirs.

Les enfants, les 3, c'est à toi ... super, bravo ! (un classique, 10 x par jour)

Les enfants, les 3, c’est à toi … super, bravo ! (un classique, 10 x par jour)

En bonus et avant une petite série de photos à venir, voici une super vidéo faites par nos amis globetrotters, la famille Bourges dont nous vous parlions ici :

(Pour les plus pressés, la partie qui nous concerne commence à 4’10)

Pour les 15 prochains jours:  ambiance vietnamienne avant d’entrer en Chine…

PS 1 : la carte du trajet à été mise à jour ici

PS2: Prière d’être indulgent avec les photos, notre appareil nous abandonne lâchement et nous sommes souvent amenés à utiliser nos [attention placement de produit!] iphones…

Vientiane, ou la vie d’expat’

Viang Xai, Laos, 06/03/2016

La capitale du Laos est une ville paisible et plaisante, au bord du Mékong, en face de la Thaïlande. Si nous sommes ici, c’est essentiellement pour obtenir notre visa chinois, car la ville ne semble pas un incontournable du Laos et de plus nous avons dû faire un détour pour y arriver. Mais contre toute attente, nous allons y passer de bons moments. Tout à fait le genre de ville, où nous pourrions habiter…

Ici nous allons profiter des charmes de la vie d’expat’ : restaurants français, déambulations nocturnes dans la vieille ville animée, lecture à la médiathèque de l’institut français…

Les enfants en rêvaient: pause à la médiathèque de l'institut français

Les enfants en rêvaient (Antoine aussi!) : Une pause à la médiathèque de l’institut français


Joseph prépare son voyage en Chine

Joseph prépare son voyage en Chine

Puis shopping dans les différents marchés, balades au bord du fleuve, découverte des grands monuments de la capitale, séances bien-être et même un dimanche après-midi à la piscine !

Une partie de notre temps a aussi été consacré à la recherche d’un duvet (cf. article : « une arrivée sur les jantes »). Nous avons pour cela arpenté la ville, écumé les différents marchés, découvert un centre commercial chinois tout neuf, pour finalement trouver le seul modèle disponible dans une boutique à 3 pas de l’auberge de jeunesse où nous logions.

Le marché aux tissus

Le marché aux tissus


Le marché aux remèdes miracles

Le marché aux remèdes miracles

A Vientiane, la circulation automobile n’est pas violente et la ville est toute plate, parfait pour les Chamavélo ! Nous pédalons donc à la découverte des monuments : le Patuxai (sorte d’arc de triomphe), le grand Stupa doré (monument national), le palais présidentiel et de nombreux temples bouddhistes.

L'arc de triomphe Lao: le Patuxaï

L’arc de triomphe Lao: le Patuxaï


Le stupa doré étincelant

Le stupa doré étincelant


Un immense Bouddha couché

Un immense Bouddha couché

Nous visiterons aussi le centre d’information du COPE, un centre d’appareillage pour les rescapés des bombes et mines anti personnel, qui pleuvaient sur le Laos pendant la guerre du Vietnam. Le Laos a le triste privilège d’avoir reçu à lui tout seul plus de bombes que l’Europe entière pendant la seconde guerre mondiale… Certains parlent de plus 300 kg de bombes par habitant ! Le déminage n’est pas terminé et aujourd’hui encore la population, et notamment les enfants, payent les frais de cette « guerre secrète » menée par les Américains.

Visite de la COPE

Voilà comment explose une bombe à sous munitions ! Pleins de petites mines anti-personnel qui explosent (ou pas) un peu partout…

En fin de journée, c’est le bon moment pour une petite promenade au bord du Mékong. Tout le monde s’y retrouve, touristes et Laotiens, pour profiter du soleil couchant. Les esplanades deviennent alors le lieu de grandes séances de gym en plein air, où se retrouvent toutes les « Véronique et Davina » du coin ! Top fun !

Tou-tou-tou-tou-toutouyoutou !

Tou-tou-tou-tou-toutouyoutou !

Lors de nos journées d’attente pour le visa, nous avons aussi testé le sauna aux herbes à la mode Lao, un régal de senteur, mais, wahou, qu’est-ce que c’est chaud ! Et nous avons complété ce moment de détente, par une petite séance de massage pour toute la famille. On est fan !

Prêtes pour le sauna aux herbes ?

Prêtes pour le sauna aux herbes ?

Les soirées seront animées par des spectacles de rues : marionnettes géantes, danseuses, musique traditionnelle : un condensé de culture. Nous en prenons plein les yeux !

Démonstration de danses laotiennes dans les rues de Vientiane

Démonstration de danses laotiennes dans les rues de Vientiane


Marionettes géantes en bambous

Marionettes géantes en bambous

Pour finir cette belle semaine, nous participons à la messe… en anglais, of course ! Les enfants ont A-D-O-R-E … donc pour l’après-midi, ce sera piscine ! A 18km de Vientiane, il y a un centre aquatique ludique au bord du Mékong. A 13h nous sommes sur nos vélos, prêts à atteindre notre but. Tout le monde est motivé. Nous passerons un chouette après-midi : sur la terrasse pour nous et dans l’eau pour les enfants.

Dimanche après-midi, c'est piscine!

Où est Inès ?

Malgré la fatigue, nous ne comptons pas de fainéants pour le retour. Faire 36 km aller-retour pour aller à la piscine, même pas peur ! Alors sur la route, la discussion s’engage :

-Géraldine : « Aurons-nous vraiment besoin d’une voiture en rentrant ? Peut-être pas. »

– Inès : « Mais alors, on va vivre comme des pauvres ! »

Donc pour Inès : voiture = riche

Nous en convenons

Mais pas de voiture ne signifie pas forcément pauvre… la discussion fut intéressante.

Lundi matin, nous sommes heureux et soulagés d’obtenir nos visas pour un mois en Chine ! Nous pouvons poursuivre notre périple vers le Nord du Laos, puis traverser le Nord du Vietnam d’Ouest en Est en passant par la baie de Halong avant d’entrer en Chine par son extrémité Sud.

Lors de cette dernière journée, Antoine offrira pour de vrai son cadeau de Noël à Albane: Une journée avec papa! La princesse est ravie. Elle va avoir son prince charmant pour elle toute seule! Mais je n’en dis pas plus, peut-être vous dévoilera-t-elle ce moment?

Mardi 1er mars fini les fastes de la capitale, nous retrouvons la route pour rejoindre la ville de Vang Vieng.

Tous à Vang Vieng!

Tous à Vang Vieng!

Vos commentaires nous font toujours autant plaisir, nous y répondons toujours, avec plus ou moins de délais. N’oubliez pas de lire nos réponses.

A bientôt !

Une arrivée sur les jantes !

Vientiane, le 28 février 2016

Le Laos marque un tournant dans notre périple. Après 6 mois de voyage nous sommes maintenant sur la « pente » du retour. C’est aussi pour nous l’apprentissage d’un mix entre vadrouille à vélo et trajets de bus pour gérer les immenses espaces qui nous attendent dans les prochains pays au programme.

Nous sommes donc arrivés au Laos par son extrémité Sud (cf. article : « le temps c’est de l’argent! »). L’occasion de visiter la zone dite « des 4000 îles », sorte de delta intérieur formé par le Mékong à cet endroit.

Le Mékong des "4000 îles"

Le Mékong des « 4000 îles »

La beauté des lieux, le besoin de souffler un peu, après 8 jours de route bien fatiguants, et surtout la rencontre avec une autre famille française de globetrotters (vous pouvez visiter leur blog ici ) feront de cette pause un moment magique!

Inès, Joseph et Albane ont passé leurs journées à faire des cabanes en bambou sur le bord du Mékong avec Joséphine, Céleste et Robinson.

Robinson, Joseph, Albane, Céleste, Joséphine et Inès

Robinson, Joseph, Albane, Céleste, Joséphine et Inès

De notre côté nous avons partagé nos expériences avec Frédérique et Julien en sifflant quelques bières et smoothies fruités dans des paillotes surplombant le fleuve.

La belle vie !

La belle vie !

Nous sommes à 850 km de Vientiane, la capitale du pays, où nous devons impérativement passer pour essayer d’obtenir nos visas pour la Chine. Nous souhaitons aussi visiter le haut-plateau des Bolovens  en cours de route et une partie du Nord du Laos après Vientiane. Nous prenons donc la décision de zapper quelques portions du monotone bitume de la « route 13 » pour prendre le temps de vadrouiller où nous le voulons. Expérience mitigée comme vous le constaterez ci-après!

Notre premier lift en bus local se fera au pied levé (ou plutôt en agitant la main de haut en bas, comme on le fait ici) sur le bord de la route à 80 km au sud de Paksé. Puis nous embarquerons dans un gros tuk-tuk pour atteindre le plateau des Bolovens.

Un petit lift en tuk-tuk

Un petit lift en tuk-tuk

Nous voilà partis pour 4-5 jours de balade à vélo dans des paysages superbes avec des cascades majestueuses et des plantations de café très intéressantes à découvrir.

Sur le plateau des Bolovens

Sur le plateau des Bolovens

Les chutes de Tad Yuan

Les chutes de Tad Yuan

Les chutes de Tad Lo

Les chutes de Tad Lo

A la découverte du caféier

A la découverte du caféier

Nous aurons même l’occasion de dormir dans une hutte en bois à côté d’une chute d’eau au cœur d’un bout de jungle. Magique!

Dans notre cabane

Dans notre cabane

Le plateau n’est pas si plat que cela et les côtes sont bien rudes à gravir par 38°C. Toutefois nous ne regrettons pas d’avoir troqué des km de bitume plat contre ces magnifiques journées !

De retour à Paksé après cette belle boucle, nous prenons un bus pour Savanakhet, où nous pourrons retrouver une petite route qui longe vraiment le Mékong. Le bus était sur le point de partir et nous avons à peine eu le temps de glisser nos vélos dans les grandes soutes, que le bus roulait déjà. 7 heures de trajet pour un peu plus de 200 km. A 21h, le chauffeur nous dépose à 30 km de la destination, parce que son bus ne va pas vraiment à Savanakhet en fait … S’en suit une sympathique discussion tout en sourire (c’est la règle ici ) dans laquelle notre « ami » finira par louer à ses frais un petit camion plateau pour nous déposer dans la ville convenue!

Au bord du fleuve, la route est moins goudronnée, donc un peu plus physique mais vraiment sympathique.

IMG_8988

Quand il y a trop de fech-fech dans les creux, il faut pousser son vélo !

C’est la période des grandes fêtes bouddhiques en ce moment. D’immense fêtes « foraines » avec des murs d’enceintes hallucinants font trembler les rives du fleuve (et la toile de notre tente) jusque tard dans la nuit.

Bivouac chez l'habitant au bord du Mékong

Bivouac chez l’habitant au bord du Mékong

Le lendemain, après une quarantaine de km parcourus avec le vent de face, nous remarquons qu’il manque l’habituel sac rouge sur le vélo de Joseph… Et M… il a dû glisser du vélo en cours de route. Antoine fera un bon bout de route en sens inverse par acquis de conscience et sans succès. Bilan des pertes : un sac étanche, un duvet et un matelas (par bonheur celui qui avait un défaut d’étanchéité et pour lequel on attend son remplaçant à la Poste Restante de Vientiane).

Encore quelques belles journées de route et nous voilà en approche de Vientiane. Nous décidons de prendre à nouveau un bus à Paksang pour « gagner » les 150 derniers km et nous donner le temps de l’obtention du visa chinois (5 jours) à Vientiane.

Mais voilà, en arrivant à la gare routière de la capitale, surprise: nos vélos ont disparu !

Non, c’est une blague 😜! Nous avons « juste » les 2 pneus avants des grands vélos complétement cisaillés sur leurs flancs 😖…2 pneus d’un coup, on n’y serait pas arrivé tout seul! En fait, c’est le frottement sur une barre en métal de la galerie du bus qui les a sciés !

Grrr !

Grrr !

Nous sommes dégoûtés, car nous avons bien 1 pneu de rechange au cas où, mais pas 2 … Nous voilà contraints à prendre un tuk-tuk pour rejoindre le centre ville.

Loi de Murphy oblige, la guesthouse identifiée n’est pas du tout comme prévue, plus chère qu’attendue, la seule chambre disponible au 4ème sans ascenseur… et nous sommes incapables d’en changer car incapables de nous déplacer avec tout notre barda et nos vélos en carafe… Argh! 6000 km à vélo sans une vraie crevaison et il suffit de 150 km de bus pour exploser nos pneus ! Quelle frustration pour nous et notre habitude d’autonomie ! Pas de chance cette fois!

Allez au dodo, demain est un autre jour.

Le lendemain commence par la paperasserie nécessaire pour l’obtention du visa chinois. Je vous passe les détails mais c’est sportif et fastidieux… Deux allers-retours au consulat à 5km du centre-ville (avec le petit vélo d’Inès) seront nécessaires pour produire toutes les pièces, y compris de vrais-faux billets de bus en lieu et place des billets d’avion, que nous ne pouvons évidemment pas produire. Alea jacta est: résultat des courses dans 5 jours !

Après avoir fait le deuil de nos supers pneus, nous équipons nos vélos avec un pneu made in « bad quality »… Il faut juste que cela tienne jusqu’au Vietnam, où nous nous faisons livrer les remplaçants (au passage un immense merci à Rando boutique pour leur réactivité et leur efficacité).

Nous pouvons enfin changer de logement et profiter de 5 jours de repos et de préparation pour la suite de notre périple…

Aurons-nous notre visa pour la Chine ? Qu’allons-nous faire à Vientiane pendant 5 jours ?

Affaire à suivre …

Le temps c’est de l’argent !

Vientiane – Laos, 26 février 2016

Notre arrivée au Laos commence bien sûr par le passage de la frontière depuis le Cambodge. Nous passons par les postes de Tra Preng Kriene (Cambodge) / Nong Nok Khiene (Laos). C’est ici que nous obtiendrons notre « Visa On Arrival » pour le Laos.

Premiers contacts un peu rugueux…

Les douaniers des 2 côtés ont pris l’habitude de racketter les touristes en ajoutant des « frais administratifs » ou « frais de tampon ». A cela s’ajoute les stands « sanitaires » qui proposent/imposent des contrôles de température pour quelques dollars et dans une totale ambiguïté entre le facultatif et l’obligatoire…

Nous avions révisé nos classiques avant d’arriver et étions bien décidés à ne pas « entretenir » le système. Nous avons donc zappé sans hésitation les fameux « stands sanitaires » pour aller directement aux postes de douanes. Voilà déjà une dizaine de dollars sauvée !

A la sortie du Cambodge, l’officier de service attrape nos passeports et nous demande avec le sourire 2$ par passeport pour le tampon de sortie. Un « No sir, it’s not necessary to pay for that » ferme et poli (et avec mon plus bel accent of course) suffira à obtenir les tampons. Mais sans sourire:  Les passeports me seront quasiment littéralement jetés à la figure…

A l’entrée du Laos, au bureau des visas une affichette annonce la couleur « VISA : 30$ + 1$ administrative fee ». Nous remplissons sagement les formulaires et tendons passeports, documents et les 5 x 30 $ réglementaires pour les visas.

« I need 5 more dollars for fees »

« Sorry sir, Visa is just 30 dollars, I’m not allowed to pay more »

« You don’t pay , no visa »

Je vous passe la suite du dialogue un peu répétitif, mais la formule « je ne suis pas autorisé à vous payer plus » qui marque notre refus mais l’adoucit un peu (c’est pas que je ne veux pas, c’est que je ne peux pas) + une bonne dose de patience, de parfaite politesse et de sourire, nous fera passer cette première étape. En effet, après avoir ostensiblement abandonné nos passeports sur le rebord de son comptoir, le douanier quitte son bureau sans même y toucher. De même, je laisse nos passeports à leurs places et nous nous installons avec les enfants pour une session d’apprentissage (nous aussi nous avons le temps). Au bout de 10 – 15 minutes, du coin de l’oeil, je vois nos passeports disparaître du comptoir. L’agent de service s’occupe visiblement de notre cas devant son ordinateur.

Une demi-heure plus tard, 2ème guichet, je suis appelé. Nos visas sont prêts. Bonne nouvelle. Le douanier chef m’informe qu’il ne reste plus qu’à mettre le tampon d’entrée au Laos. C’est 2 $ par passeport, mais gratuit pour les enfants. Donc 4 $ et l’affaire est réglée. Je l’informe de mon « impossibilité » de payer, et du fait que pour les adultes c’est gratuit aussi normalement. Pas de dollars, pas de tampon, le douanier garde nos passeports dans ses mains. Je lui indique que je « ne peux pas » payer et que je vais donc attendre sagement avec ma famille que l’on nous rende les passeports dûment tamponnés. Une demi-heure passe encore, aucun signe de vie, statu quo. Je retourne au guichet : douanier inflexible. Je l’informe que je ne peux pas attendre trop car, voyageant en vélo avec les enfants, il me faut encore du « temps de soleil » pour atteindre la prochaine ville en toute sécurité.

« You want passeport now, you pay. If you don’t pay, I give you passeport at 6 o’clock (comprendre quand le soleil se couche) » Notre douanier a senti que je ne maitrisais plus le temps, il s’engouffre dans la brèche…

« Ok sir, If you don’t give me my passeports in less than 15 minutes, it will be to late for my family to ride safely on the road. So we will be obliged to pitch our tent for the night on the grass here (en face du poste de douane). Is it ok for you ? Can we pitch the tent here ? « 

« … »

10 minutes plus tard nos passeports avec visas et tampons nous sont rendus, sans sourire mais poliment. Nous avons gagné la partie. Nous avions du temps et de la détermination. Satisfaction personnelle de s’opposer à ce système pourri.

Un beau visa au juste prix !

Un beau visa au juste prix !

Mais pour un touriste « retord » combien de touristes payent … ? En deux heures au poste frontière, tous les touristes que nous avons vu passer ont :

  • payé sans chercher à comprendre
  • payé en comprenant et en s’en fichant
  • payé après avoir vainement chercher à ne pas payer sans réussir faute de temps disponible…

Allez, vous le savez déjà, nous n’aimons pas les frontières !

Nous laissons le poste frontière derrière nous

Nous laissons le poste frontière derrière nous

Vite allons découvrir le vrai Laos, celui des sourires, de la douce nonchalance et du million d’éléphants.

Affaire à suivre…

Vous ne devinerez jamais ce que l’on a fêté hier !?! ;-)

L’arbre et la pirogue

https://i2.wp.com/murmurefunambule.u.m.f.unblog.fr/files/2014/10/arbre-et-pirogue.jpg

En passant

6 mois de périple jour pour jour !

En cadeau nous vous offrons la mise à jour de la carte du trajet  : ici !