La Thaïlande en images (inédites)

Retrouvez une sélection de photos inédites de nos 1000 km à vélo en Thaïlande:

PS : Si vous voulez plus de photos, n’hésitez pas à parcourir tous nos articles de la catégorie « 12 – en Thaïlande ».

 

Image

Pour un sourire d’enfant

Phnom Penh – Cambodge, Vendredi 29 janvier 2016

Il y a deux jours nous avons passé le cap des 5000 km à vélo.

5000 km à vélo !

5000 km à vélo !

L’atteinte de ce chiffre symbolique nous a semble-t-il donné des ailes ou plutôt du tonus dans les mollets.

En effet, après une journée marathon, poussiéreuse et record de 96 km, nous sommes arrivés hier à Phnom Penh.

Route en cours de construction : l'enfer de la poussière !

Route en cours de construction : l’enfer de la poussière !

Poussière ou pas : la bonne humeur !

Poussière ou pas : la bonne humeur !

Moi, j'aime pas la poussière.

Moi, j’aime pas la poussière.

Baouah, je suis sale !

Baouah, je suis sale !

Le pire ce sont les rides pas la poussière ...

Le pire ce sont les rides pas la poussière …

Oh my god, quelle aventure !

Oh my god, quelle aventure !

C’est une étape importante, car c’est l’occasion pour nous de visiter l’association « Pour un Sourire d’Enfant » (PSE) que nous soutenons (modestement) depuis plus de 10 ans.

Cette association a été fondée en 1996 par Marie-France et Christian des Pallières pour « sortir » des enfants de la décharge de Phnom Penh, les nourrir, les soigner, les instruire et au bout du compte leur permettre d’obtenir un vrai travail.

Les débuts de PSE

Les débuts de PSE

Accueillis avec d’autres visiteurs du jour par Dany, nous avons pu voir en direct toutes les réalisations de cette association et profiter d’un nombre incroyable de sourires d’enfants !

Dany nous présente le fonctionnement de PSE

Dany nous présente le fonctionnement de PSE

Ceux-là sont tous sortis de la misère !

Ceux-là sont tous sortis de la misère !

Dany a aussi expliqué à nos enfants les grandes lignes de son parcours: ses 3 années passées sur la décharge de 5 à 8 ans, toutes les difficultés de sa vie familiale, ses années d’enfant esclave chez une riche famille de Phnom Penh, sa volonté farouche d’apprendre, son arrivée au centre PSE à 14 ans, sa fierté de maitriser 3 langues aujourd’hui, d’avoir un frère médecin,… très édifiant pour Inès, Joseph et Albane : un exemple des réussites de PSE.

Dany nous retrace son parcours

Dany nous retrace son parcours

Un peu plus tard nous avons eu la chance de discuter avec Marie-France des Pallières. Ayant elle aussi « baroudé » en famille il y a de cela quelques années, elle a été sensible à notre périple. Petite fierté pour moi qui, étant enfant, avais lu avec les yeux pétillants leur récit « Quatre enfants et un rêve » (lecture que je vous recommande chaudement).

Nous déjeunerons comme des rois dans le restaurant d’application d’une des multiples formations professionnelles du centre.

Avant de repartir, nous aurons le plaisir d’échanger un peu avec Pin Sarapich, le directeur du site et amateur de vélo.

Photo souvenir avec Pin Sarapich

Photo souvenir avec Pin Sarapich

Nous repartons émerveillés par cette superbe organisation et avec l’envie d’inciter le maximum de personnes à soutenir cette belle œuvre.

Souvent on se demande si nos dons aux ONG sont vraiment efficaces.

Nous sommes nous-mêmes très souvent dubitatifs sur l’intérêt des « ONG » et assez lucides sur les incidences perverses qu’elles créent parfois.

Il y a quelques années, nous avons eu la chance de travailler un peu plus de 3 ans pour une petite « ONG » au Mali (pour la petite histoire, c’est là-bas qu’Inès est née).

Tout cela pour vous dire que pour ce qui concerne PSE nous n’avons aucun doute sur l’efficacité des actions menées et la qualité de l’intégration des actions dans la société cambodgienne.

En France, si vous êtes imposables à l’Impôt sur le Revenu, 66% de votre don est déductible de votre impôt, dans la limite de 20% du revenu imposable. Ainsi, après déduction, le parrainage d’un enfant (47 €) revient à 15,98 € par mois. 

Ça fait moins de 0,5 € par jour pour sortir durablement un enfant de la misère, de la faim, de la maltraitance…

Vous l’aurez compris, nous serions tellement heureux si notre petit récit vous donnait l’envie d’en savoir plus sur PSE (cliquez ici) et l’envie de parrainer un enfant (cliquez ici) !

Allez, nous comptons sur vous! Envoyez nous plein de commentaires pour nous dire que vous aussi vous allez être parrain de cette belle aventure !

Découvertes thaïlandaises – du 1er déc. 2015 au 10 janv. 2016 (Inès)

Comme j’ai découvert beaucoup de choses en Thaïlande, je vais vous présenter ce que j’ai aimé par ordre de préférence :

LES ANIMAUX

-Les mammifères

Éléphants: J’ai eu la chance de monter sur leurs dos, c’était géant!
Balade à dos d'éléphant avec Ba et Mamé

Balade à dos d’éléphant avec Ba et Mamé

Langurs: Ils sont très gentils et n’hésitent pas à venir sur toi pour des fruits!
A la rencontre des langurs

A la rencontre des langurs

Zébus: En liberté dans les rizières, mais souvent accompagnés d’un gardien
Zébu dans une rizière

Zébu dans une rizière

– Les oiseaux

Mainates: Ils sont capables de répéter ce qu’on leur dit: « Savadi ka » (=bonjour en thaï)
Mainate

Mainate

Perroquets: Ils sont souvent de plusieurs couleurs…
Cacatoèes

…Mais le cacatoès est plutôt blanc!

Guêpiers: Quand ils se posent ce n’est jamais pour longtemps, car ils ont vite repéré un insecte, alors ils décrivent un cercle, attrapent l’insecte et reviennent à leur place initiale
Guépier en recherche d'insectes

Guêpier en recherche d’insectes

Chevaliers: Ils ont de très longues pattes

Chevalier prêt à pêcher

Chevalier prêt à pêcher

– Les insectes

Phasmes: Ils sont très difficiles à trouver car ils s’immobilisent et deviennent des branches.
Phasme sur le bras de Joseph

Phasme sur le bras de Joseph

Chenilles: Attention elles peuvent être urticantes!
La chasse à la chenille

La chasse à la chenille

– Les reptiles

Tortues: Ne les confondez pas avec des crocodiles!
Tortue aquatique trouvée dans un étang

Tortue aquatique trouvée dans un étang

 

Tortue marine élevée pour être réintroduite en mer

Tortue marine élevée pour être réintroduite en mer

Geckos: La nuit ils font des claquements de langue « clok clok clok » et peuvent être très gros, j’en ai vu un de 30 cm!
Varans: Ils aiment les endroits humides

 

– Les fruits de mer et crustacés

Crevettes: J’en ai vues des quantités!
Un élevage de crevettes

Un élevage de crevettes

Crabes: Nous les avons attrapés et dégustés
Crabes faisant des boulettes de sables

Crabes faisant des boulettes de sables

Coques: Nous les avons pêchés et dégustés

Pêche aux coques à marée basse

Pêche aux coques à marée basse

 

Coques prêtes à être mangé

Coques prêtes à être mangées

 

Récolte de coquillages sur la plage

Récolte de coquillages sur la plage

LES VÉGÉTAUX

– Les fruits

Pastèques rouges ou jaunes: Quel bonheur d’en manger quand on fait du vélo!
Pastèques jaunes et rouges fraichement coupées

Pastèques jaunes et rouges fraichement coupées

 

Mangues: Délicieuses les mangues! Miam!
Mangues dans l'arbre

Mangues dans l’arbre

Ananas: Ce sont des infrutescences (plusieurs fruits agglomérés), je n’en dirais rien car je n’aime pas le goût, mais les champs m’ont étonnée !
Champs d'ananas

Champs d’ananas

 

Noix de coco: Excellentes quand elles sont fraîches et que nous transpirons!
Miam le jus de coco!

Miam le jus de coco!

Bananes: Minuscules les bananes, mais délicieuses!
Bananier

Bananier

– Les fleurs et les graminées

Lotus: Des fleurs qui poussent au-dessus de l’eau et dont tout se mange
Orchidées: Elles poussent partout
Orchidée

Orchidées

Sensitives: Quand tu les touches elles se referment sur elles-mêmes
Sensitive

Sensitives

Riz: C’est une céréale, dont les Thaïlandais raffolent. Ils en mangent matin, midi et soir, salé ou sucré, à la vapeur ou frit!
Rizières les pieds dans l'eau

Rizières les pieds dans l’eau

– Les arbres et les palmiers

Hévéas: Sa sève permet de fabriquer du caoutchouc
Caoutchouc sortant du tronc de l'hévéa

Sève sortant du tronc de l’hévéa

Fabrication du caoutchouc

Travail du caoutchouc

Cocotiers: Ils sont magnifiques sur la plage
Récolte de cocos

Récolte de cocos

 

Palmiers à huile: Des plantations à perte de vue! Avec ses graines on fabrique la fameuse huile de palme, que l’on trouve partout et notamment dans les pâtes à tartiner aux noisettes…
Fruits du palmier à huile

Fruits du palmier à huile

Frangipaniers: Mes fleurs préférées, elles font souvent l’objet de dessins ou peintures.
Fleur de frangipanier

Fleurs de frangipanier

Voilà vous avez maintenant un aperçu de mes observations!

Inès de Battambang au Cambodge

Ma 1ère plongée, 4 déc. 2015 – Sail Rock, Koh Phangan, Thaïlande (Inès)

Alors… en 1er j’ai fait un test dans une petite piscine (je n’ai pas trouvé ça amusant).

Le lendemain un moniteur est venu nous chercher à 6h, pour prendre le bateau Navire pour Sail Rock.

Au départ

Au départ

Nous y arrivons enfin pour ma plongée, je suis hésitante mais je saute à l’eauGouttelette.

Je me lance à l'eau

Je me lance à l’eau

Ma plongée se terminera au bout de 30 min, car j’ai froid, même si l’eau est bien plus chaude qu’à Montpellier. Je remonte sur le bateau et nous déjeunons.

Sur le bateau

Sur le bateau

Ensuite je me prépare pour la deuxième plongée, mais je n’ai pas très envie de sauter, car je ne me sens pas bien, j’ai un peu le mal de mer! Mon moniteur me dit que j’irais mieux une fois dans la mer, alors 1….2……3….. je saute ! Maintenant je suis dans l’eau et je suis bien, alors je dis à mon moniteur, impatiente: « bon allez nous y allons? » Dans l’eau je vois des beaux poissons Poisson tropical :

Les poissons que j'ai vus (1)

Les poissons que j’ai vus (1)

Les poissons que j'ai vus (2)

Les poissons que j’ai vus (2)

Je m’amuse à me mettre la tête en bas et les pieds en haut, et je rentre dans une cheminée normalement interdite aux moins de 15 ans… Super! Mais je dois sortir de l’eau car j’ai encore froid !!! Mais cette fois au bout de 50 minutes!!!
Finalement la plongée c’est plutôt marrant!

J'ai obtenus mon discover water

Debriefing de ma 1ère plongée

J’ai obtenu mon PADI Discover Scuba Diving !

————————————————————————
Bonus:

Voici le langage des plongeurs sous l’eau:
Signe OK de la main quand c’est le moniteur qui te le dit ça veut dire: ça va?
quand tu secoues ta main à l’horizontale ça veut dire: ça ne va pas !Visage inquiet
Signe OK de la main ça veut dire: je vais bien!Visage tirant la langue avec clin d’œil
V de la victoire ça veut dire: c’est trop cool!Visage tirant la langue yeux fermés
Signe de la main ça veut dire: hé ho tu m’écoutes ??!
Index blanc pointant vers le haut vu côté dos ça veut dire: on va par là?
Index blanc pointant vers le bas vu côté dosça veut dire: on va par là?
Index blanc pointant vers la gauche vu côté dos ça veut dire: on va par là?
Index blanc pointant vers la droite vu côté dos ça veut dire: on va par là?

Inès de Battambang au Cambodge

L’école de Chachoengsao le 06/01/2016 (Joseph)

Le complexe scolaire a une architecture inattendue: l’école en forme de U rectangulaire lui permet d’avoir une cour centrale. Dans la cour, les maternelles jouent, et à cause du préau et des bâtiments, ça résonne fortement dans les classes autour.

Les enfants de 3 à 5 ans ont des uniformes de différentes couleurs par classe. Les primaires ont tous le même uniforme: une chemisette bleue à manches courtes, un bermuda bleu marine pour les garçons et une jupe bleue marine pour les filles.

Dans les écoles thaïlandaises,  les parents peuvent payer pour que leurs enfants aient des cours de meilleure qualité et l’air conditionné. Les enfants ont 4 programmes possibles: le programme thaïlandais (gratuit et classique) et les programmes: Chinois, anglais et math-sciences (payants).

Voici l’une des nombreuses lettres que j’ai reçue.

J’étais très heureux !

La ferme aux crocodiles de Samut Prakan

Albane fait ses 1ers pas de blogueuse dans une cantine aux alentours de Sisophon au Cambodge, le 12/01/2016:

IMG_4203

« Bonjour tout le monde!

Je découvre plein de choses.

Je suis allée dans un zoo

J’ ai vu un homme mettre

sa tête dans la gueule

du crocodile.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai eu très très peur.

Fin

Albane »

 

 

 

 

Pédaler et apprendre

Ou comme le dit le proverbe : « les voyages forment la jeunesse »

C’est au siècle des lumières que la promotion du voyage comme outil d’éducation a été mis en avant. C’est vous dire que ça ne date pas d’aujourd’hui! Un de nos objectifs dans ce périple est l’ouverture de nos enfants au monde, ses habitants, ses paysages, ses coutumes… Pour cela il suffit d’observer, de rencontrer, d’écouter, bref de mettre tous ses sens en éveil. Nous aidons nos enfants à la découverte. Nous les accompagnons dans ces nouvelles contrées. Nous essayons de leur donner des clés de compréhension pour qu’ils « vivent » le monde. Il n’est pas question pour nous de leur mettre la tête dans les livres plus d’1 heure par jour. Ce n’est pas notre philosophie du voyage et c’est incompatible avec les contingences liées à notre nomadisme.

L’instruction en famille

Au début, j’étais assez inquiète sur le volet apprentissage. J’ai donc cherché du côté des associations d’instruction en famille ou homeschooling, dont voici quelques liens intéressants:
http://leportaildelief.com
http://laia.asso.free.fr
http://www.cahiers-pedagogiques.com/L-instruction-a-domicile-la-famille-meilleure-que-l-ecole
Puis nous sommes allés voir le film « Etre et Devenir », que je conseille vivement. En sortant je me suis dit : Ce que mes enfants vont apprendre pendant un an est en dehors de toute référence scolaire, mais c’est l’éducation que nous souhaitons leur donner, car elle porte nos valeurs. Avec Antoine, nous avons décidé:
1- de nous faire confiance, sur nos capacités de parents à instruire nos enfants
2- de faire confiance à nos enfants, sur leurs capacités à apprendre et à développer leur propre personnalité
Et depuis je ne suis plus inquiète! Ni Antoine non plus qui n’avait d’ailleurs pas vraiment de stress sur ce sujet.

Et l’école?

Je suis ensuite allée rapidement à la rencontre des professeurs de nos enfants, pour avoir leurs avis sur la question. Ils ont tous accueilli notre projet avec beaucoup d’enthousiasme et nous ont rassurés sur la capacité de nos enfants à reprendre une scolarité normale au retour. Ils pourraient sûrement rattraper le train en marche et retrouver leurs copains/copines dans la classe supérieure. Excellente source de motivation pour les enfants; pour nous parents, ce sera la cerise sur le gâteau. Mais nous verrons bien… Les professeurs ont aussi été de bon conseil pour le choix des ressources.
Un grand merci à eux pour leur aide précieuse sur le sujet et pour leur suivi depuis notre départ.

Concrètement ça se passe comment?

Pour instaurer un rythme et des repères pour les enfants, il est important que les apprentissages aient lieu tous les jours à la même heure (oui même le dimanche). Alors quand? Le matin c’est un peu rude au réveil, les enfants ne sont pas bien réveillés, nous avons tout à ranger et hâte de partir. Le soir, nous sommes fatigués de la journée. Nous devons nous installer pour la nuit. Et si nous avons la chance d’être accueillis, nous profitons de la rencontre avec  nos hôtes. Finalement, le moment qui convient le mieux, c’est en début d’après-midi. Mais en Europe, les apprentissages avaient plutôt lieu le soir, car la durée du jour était trop courte pour nous permettre un long arrêt à midi. Maintenant que nous sommes en Asie, et qu’il fait trop chaud pour pédaler entre 12h et 15h, nous sommes totalement disponibles pour nos enfants à ces heures là. Du coup, les apprentissages sont bien plus productifs. C’est maintenant un rituel qui ne se discute plus les jours de vélo. Je n’en dirai pas autant les jours de pause ou de visite, qui cassent le rythme et les habitudes.

image

Pour les futurs voyageurs au long cours, le détail de notre nécessaire d’apprentissage « light »:

Pour Albane, CP cette année, il s’agit de lui apprendre à lire et à compter. J’ai opté pour la méthode Boscher (syllabique): le livre unique et 3 cahiers d’activités: lecture, écriture, calcul. A cela j’ai rajouté une ardoise Véléda, un cahier d’écriture, un cahier de dessin, un livre de coloriage et des feutres et crayons de couleurs. Au début, j’avais choisi un autre fichier de math, mais rien ne vaut le Boscher et j’ai donc changé de méthode en cours de route. Après 4 mois d’utilisation, je suis contente de ce choix: Albane progresse bien, la méthode est facile à utiliser pour nous (parents non enseignants), et ça aussi, c’est important à prendre en considération. En une demie heure par jour, Albane utilise l’un ou l’autre des cahiers ou le livre. Sur l’ardoise ou sur le sable, nous faisons quelques dictées et sur le vélo des devinettes pour affuter son esprit déductif (je pense à quelque chose et elle doit le trouver, je ne peux répondre que par oui-non et vice-versa).

IMG_4060

Pour Joseph, c’est le CM1. Aussi sur les conseils de sa maîtresse, nous faisons écrire 2-3 phrases à Joseph tous les jours . Ce petit exercice permet d’aborder avec lui la grammaire et l’orthographe simplement et aussi d’améliorer sa calligraphie. A cet exercice quotidien se rajoute la réalisation d’une opération. Voilà pour commencer. Ensuite, j’ai choisi (avec l’aide de ma maman, ancienne maîtresse) les livres d’activités de la Chouette en français et en math. Pour l’anglais, j’en ai choisi un autre, en fonction du poids!!! Et oui en vélo ça compte aussi! Ce sont les 3 matières que nous aborderons de façon formelle. Joseph est aussi incité à écrire des articles sur le blog, à lire sur la liseuse, qui contient pléthore de romans pour son âge. Chaque jour, il écrit, compte, lit et/ou fait une page d’un de ses livres d’activités au choix. Récemment, j’ai rajouté la dictée des mots invariables, qui se poursuivra avec la liste des mots issue de l’échelle Dubois-Buysse. Cela nous prend environ une petite heure. J’avais aussi mis des livres de français, math, anglais sur la tablette. Mais franchement, ce que j’ai trouvé n’est pas du tout performant et n’est pas très interactif et pour certains ne sont disponibles qu’en ligne… Il y a sûrement mieux, mais au final, c’est assez simple de sortir un cahier d’activités que l’on soit sur la plage, dans un jardin, dans une cantine… Joseph transporte aussi ses petites leçons de math et de français, 2 petits livrets réalisés en CE2, qui reprennent toutes les leçons. Au bout de 4 mois, nous avons trouvé notre rythme avec Joseph et l’ensemble nous paraît cohérent.

IMG_4061

Pour Inès, entrée en 6ème. La 6ème est la fin du cycle de cm1 et cm2. Ce que Joseph découvre, Inès l’approfondit. J’ai obtenu, par le collège, la liste des livres de 6ème et les ai trouvés en livres numériques. Comme Joseph cela reste globalement assez décevant et Inès a du mal à se les approprier. Nous nous focaliserons aussi sur le français, les maths et l’anglais. En math, ce sera Sésamath, ressource libre et gratuite, le livre est sur la tablette et le cahier d’exercice dans la sacoche. En plus les corrigés sont accessibles facilement. C’est très bien fait, une petite leçon sur la tablette et des exercices. Inès aime bien l’utiliser. A cela s’ajoute l’opération quotidienne! En français, Inès a aussi comme objectif d’écrire sur le blog + ses 2-3 phrases par jour. Elle transporte également le livre d’activité « la grammaire par les exercices » de Bordas. Chaque double page comporte une leçon et des exercices. Le seul problème, lorsque l’on prend les ressources utilisées par les professeurs, c’est qu’il n’est pas toujours facile d’obtenir le cahier du maître, qui outre les corrigés, comporte les dictées. En français, Inès a aussi un livre numérique, qu’elle n’a pas vraiment utilisé jusqu’à présent. En anglais, elle travaille avec Hi There, le workbook dans la sacoche et un bon livre numérique interactif sur la tablette. Mais surtout, elle apprend en chemin, avec toutes les personnes que nous rencontrons et avec qui nous communiquons en anglais. Chaque jour, elle réalise des exercices dans l’une des 3 matières au choix. Comme Joseph, cela dure environ 1 heure. Mais nous sommes encore en phase de tâtonnement et je n’ai pas l’impression d’avoir trouvé les ressources qui convenaient le mieux à Inès. A Noël, Inès a reçu une tablette tactile et nous a demandé d’y mettre l’application « Itouch » dans les 3 matières (très bonne appli. utilisée à l’école). Nous allons donc l’essayer. Car ce ne sont pas les ressources qui manquent, mais parfois la motivation…

Et pour les parents?

Ce n’est pas toujours facile, cela demande de la patience et de l’enthousiasme pour motiver nos enfants dans leurs apprentissages. Ils ont besoin de se sentir encouragés dans leurs activités. Nous devons nous positionner plutôt comme des coachs que comme des enseignants, afin de les rendre acteurs de leurs apprentissages. Nous avons comme objectif de donner du sens à l’ensemble, et pour ça nous essayons de saisir toutes les opportunités qui se présentent à nous. La dernière en date: Aller dans une école thaï pour participer à un cours d’anglais avec notre hôte canadien, professeur d’anglais!

IMG_4115

Et le summum pour nous, c’est lorsqu’ils étudient ensemble ! Ici Joseph apprend à lire à Albane.

Les enfants retournent à l’école…

Chachoengsao – Thaïlande, 6 janvier 2016

Accueillis par Steve et Da (réseau Warmshowers) dans la ville de Chachoengsao, nous avons eu la chance de partager quelques bons moments avec les élèves de Steve.

Chaque élève avait préparé une magnifique lettre pour Inès, Joseph ou Albane. Après lecture et remise solennelle, les enfants ont joué ensemble tout en apprenant l’anglais.

Chouette expérience pour nous tous.

Vous pouvez voir les photos sur la page Facebook de la classe de Steve, ici : https://www.facebook.com/P1.10WatMuang/posts/521445774703109 et https://www.facebook.com/P1.10WatMuang/posts/521450011369352  N’hésitez pas à « liker » la page, cela fera très plaisir.

À plus,

[en direct] Et si je vous racontais ma journée ?

Samut Prakhan – Thaïlande, 4 janvier 2016

Ce soir, je n’arrive pas à m’endormir. Je repense à notre journée. Elle était belle. Je me dis qu’elle ressemble aux autres en n’y ressemblant justement pas!
Bref, j’ai envie de vous la raconter:

Ce matin, 7:30, nous nous réveillons dans une chambre d’hôtel de la banlieue de Samut Sakhon. La tête encore un peu enbuée par la fiesta d’hier soir. Nous y avions été invités par les patrons du resto où nous avions fait halte la veille à midi. Les mêmes nous avaient convaincus de prolonger notre pause et offert de nous héberger comme des amis dans leur pension de famille.

New Year Party mémorable avec grosse sono, pétards (ceux qui font du bruit hein !)

victuailles, boissons en tous genres

et grosse ambiance.

Réveil tranquille donc.
Nous reprenons notre route vers 9:00 sous un soleil déjà bien chaud.

6 litres d’eau pour faire un premier plein et nous voilà sillonnant les étangs et marais qui composent le paysage de cette région thaïlandaise.

Une habituelle « moto cuisine-stand de bouffe » nous dépasse. Nous l’arrêtons pour nous rafraîchir avec de la pastèque et de l’ananas (à se frapper le derrière par terre comme dirait Pépé !).

12:00, le paysage devient plus industriel et le soleil devient criminel. Presque supportable avec le vent créé par notre déplacement, il est insupportable à chaque fois que nous posons le pied à terre. Nous faisons donc halte à l’ombre dans un petit resto cantine sur pilotis.Nous sommes les premiers clients, rapidement rattrapés par les employés des usines environnantes.

Pour une fois nous arrivons presque à expliquer ce que nous souhaiterions manger et nous ne sommes pas obligés de découvrir ce que c’est quand on nous le sert… Youpi. Omelette à l’huile et riz pour les enfants, soupe de nouilles blanches pour les parents. Le tout pour 125 Baths (3,20 €), Pepsi compris.

Après le repas, c’est le temps des apprentissages. Inès fait de la grammaire sur tablette, Joseph un peu de math et Albane découvre le son « oi » avec Papa. Géraldine en profite pour reposer sa tête sur la table (tjrs cette fameuse soirée…)

Il n’en faut pas plus pour que le restaurateur lui apporte un lit de camp pour améliorer sa sieste. Comme il possède quelques notions d’anglais, il comprend notre périple, me pose quelques questions puis nous offre des clémentines. Quelques instants plus tard, il revient avec un papier où il m’a écrit en anglais et en thaï différentes phrases pour nous aider dans notre périple. Il m’indique aussi que dans la prochaine ville il y a une intéressante ferme aux crocodiles !

Source de motivation toute trouvée pour les prochains kilomètres. Nous remercions pour la qualité de l’accueil et les conseils et nous voilà repartis.

Après 48 km de route, nous traversons le fleuve Chao Phraya pour arriver à Samut Prakhan et sa fameuse ferme aux crocodiles.

Nous organisons la garde de nos montures et nous voilà tout juste à l’heure pour le Crocodile Show de 16:00. Âme sensible s’abstenir! Les artistes n’ont pas froid aux yeux. Nous avons passé la moitié du « spectacle » à nous ébahir, l’autre à prier pour ne pas être spectateur d’un accident!

Quelques magnifiques tigres en cage, des serpents, des petits crocos par milliers et un pauvre éléphant toqué complète le tableau.

Nous nous attristerons aussi sur quelques chimpanzés et orang-outan en cage. Leurs physionomies, leurs comportements et même leurs regards sont criants de cousinage. Nous leurs « offrons » nos clémentines qu’ils attrapent et mangent pas plus mal que nous.

Sensation étrange d’avoir visiter une prison.

À la fermeture, nous croisons deux employées qui emportent leurs bébés à la maison… Deux adorables petits chimpanzés et un orang-outan. Instant tendresse et caresses avec ces animaux si proche de nous.

Les enfants sont heureux de ces rencontres et découvertes mais conscients et tristes du sort de ces animaux.

18:00, le soleil va se coucher et nous n’avons pas la moindre idée du lieu où nous allons passer la nuit. Rapide discussion sur l’itinéraire à prendre après consultation de notre carte électronique (magique application Maps.me au passage) et nous reprenons nos vélos.

À peine quelques kilomètres plus loin nous trouvons un temple bouddhiste où les moines nous accueillent facilement malgré la barrière du langage. Barrière qui sera à peine franchie avec l’aide d’une commerçante dont la connaissance de la langue de Shakespeare est à l’opposé de sa motivation à nous aider. Elle nous chaperonnera jusqu’à s’assurer que nous trouverons un diner décent et pas trop épicé! Ça c’est le sens de l’accueil grande classe!

Retour au temple où nous profitons d’une bonne douche à grands coups de gamelle d’eau froide. La première est rude, les autres sont du bonheur.

Vite au lit… enfin …aux matelas posés sur le carrelage d’une salle du temple et sous la moustiquaire tendue entre nos vélos.

20:00, extinction des feux car le moine nous a prévenu, demain, il ( et donc nous) devons partir à 5h du mat…

Bonne nuit.

Bonne résolution 2016 : Vous saurez enfin …

… où nous allons (ou presque) !

– découvrez la trace de nos premiers coups de pédale en Asie et (grande première!) découvrez les grandes lignes de notre trajet prévisionnel en Asie !

– parcourez aussi la totalité de notre circuit en Europe en naviguant sur les 3 dernières cartes de la page.

 Tout cela en cliquant sur… « le trajet » et en naviguant sur les différentes cartes.

Bonne route !

Sawasdee pee mai ! *

Samut Sakhom – Thaïlande, 03/01/2016

*Bonne Nouvelle Année !

Nous vous souhaitons à tous, ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers une très bonne année 2016!

Que cette nouvelle année vous permette de réaliser tous vos rêves.

Les Cham à vélo

Bonne Année 2016 !

Bonne Année 2016 !